French English Retour Retour

PORTFOLIO


Stéphanie Lacombe


 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0110153

M. Arnold, conducteur de travaux, son épouse et leur fille. Cité HLM de la Grande Borne, Grigny, banlieue parisienne. Juin 2006

Grigny, Essonne Essonne, Île-de-France, France - 20/08/2007

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Possibilité de diffuser l'image dans le cadre du repas, de la famille... de l'habitat, de l'intimité. Si c'est pour une utilisation hors contexte, me contacter pour voir.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0110185

M. Lemaire, rippeur, Mme Lemaire, mère au foyer et leurs enfants. Quartier de l'éclipse dans la cité HLM de la Grande Borne, Grigny, banlieue parisienne. Juin 2006.

Grigny, Essonne, Île-de-France, France - 20/08/2007

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Possibilité de diffuser l'image dans le cadre du repas, de la famille... de l'habitat, de l'intimité. Si c'est pour une utilisation hors contexte, me contacter pour voir.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0121769

Solange, centenaire (à gauche) est la mère de Dédé, retraité de La Poste. Maria, la femme de Dédé, vit avec sa belle-mère depuis le décès de son mari il y a 30 ans. Dédé, durant la guerre (le 11 mai 1944), a hébergé dans cette maison un anglais parachuté dans le Quercy pour préparer le débarquement. Personne dans le village n'était au courant. La famille a reçu plusieurs médailles du ministère de la Défense pour son courage.

Bannes, Lot, Midi-Pyrénées, France - 07/06/2007

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0110195

Zaounaki, mère au foyer et ses enfants. Française d'origine haïtienne. Marseille, quartier de la Canebière été 2006

Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France - 20/08/2007

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Possibilité de diffuser l'image dans le cadre du repas, de la famille... de l'habitat, de l'intimité. Si c'est pour une utilisation hors contexte, me contacter pour voir.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0092915

Repas de Melle Vang May-yang (Laotienne) et monsieur Marie-Emilie Michel (Gouadeloupéen). Laeny a 4 ans et Mathis 8 mois. ils vivent à la Grande Borne proche de leur famille réciproque. couple mixe.

Grigny, Essonne, Île-de-France, France - 08/03/2006

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0110198

Jean-Claude, agent technique en chef jardinage. Marseille, Château Neuf la Mède. été 2006

Marseille, Provence, France - 20/08/2007

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Possibilité de diffuser l'image dans le cadre du repas, de la famille... de l'habitat, de l'intimité. Si c'est pour une utilisation ho

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0101909

Donald, professeur d'art plastique et Aurélien, réalisateur. Colocataires. Paris 11ème. Juin 2007

Paris, France - 01/06/2007

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0122209

Laurent et Brigitte et leurs deux garçons Paul et Etienne et leur cousine Charline. Diner dans le jardin.

Lyon, France - 00/00/2007

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0110207

Michel, chef décorateur, Catherine, artiste peintre et leur fils Théo. Marseille, route de Cassis été 2006

Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France - 20/08/2007

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Sujet complet en diffusion chez Picturetank

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0453238

Pirine : Je connais Yves-Lorice depuis 4 ans. La première fois que nous nous sommes rencontrés, c'était un moment particulier parce que c'est l'association qui nous a mis en relation et cela ne va pas de soi. J'ai tout de suite vu en lui un garçon débrouillard et peu timide. Son activité préférée c’est de partir en voiture. Alors j’organise le plus souvent possible des sorties. Je pense souvent à sa maman. Elle a fait preuve d’une grande générosité de coeur en confiant le parrainage de son enfant à une association. Il faut avoir en soi une maturité, une humilité et un amour débordants. C'est à mes yeux une démarche intellectuelle forte. Un jour, en allant chercher Lorice, elle m'a montré son carnet scolaire : "comportement inacceptable". Nous avons oeuvré toutes les deux pour que cela change. Notre démarche a eu un impact sur lui et c'est gratifiant. Aujourd'hui, sur ses carnets de notes, Lorice a les encouragements de sa maîtresse. Notre rencontre a enrichi son univers et sa maman est vraiment venue chercher cela en s'adressant à l'association. Lorice, aujourd'hui, fait partie de ma vie..Yves-Lorice : Cela fait des années qu’avec Pirine on va rendre visite à Marguerite, comme la fleur. C'est une dame qui s'ennuie dans une maison de retraite. Alors on mange avec elle puis on joue au Uno ou au Scrabble. On a vécu plein de choses avec Pirine mais mon meilleur souvenir, c'est la boum qu'elle a organisé pour mon anniversaire. Il y avait tous nos amis.

Paris, Europe, France - 01/09/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Utilisation de l'image conforme à la légende et aux mots clefs.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0453185

Céline : La première fois que j'ai vu à Adam, il sortait du cirque. Il avait l'air très sympa ! Nous nous sommes parlés tout de suite comme si nous nous connaissions depuis toujours. Il est joyeux et aime faire des blagues. Il a une façon d'accueillir les choses avec bonheur, il est toujours content et c'est une grande chance dans notre relation. La dernière fois, nous sommes allés voir Madagascar 3 au cinéma et à la fin du film, Adam s'est levé du siège et s'est mis à danser sur la musique "Move your body". J'étais heureuse de le voir si spontané. J'ai été très touchée par sa maman le jour où elle m'a dit: « Toutes les deux, nous allons faire d'Adam quelqu'un de bien ». Adam : J'aime bien grimper aux arbres et faire des sauts d'une hauteur impossible, on peut dire que je suis un cascadeur. La première fois où j'ai dormi chez Céline, elle voulait me faire mettre son pyjama mais je n'ai pas voulu parce qu'il y avait des fleurs dessus et qu’il était trop grand. Tous les deux avec Céline, on aime la lecture, j'apprends et je peux imaginer encore plus de choses. Une fois, j'ai beaucoup rigolé quand Gaston, son chat, a pété pendant qu'on lisait une histoire. Ce qui est bien quand je rentre à la maison, c'est que je peux lire ces livres à ma petite soeur.

Paris, Ile-de-france , France - 01/09/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Utilisation de l'image conforme à la légende et aux mots clefs.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0453263

Sophie : La première fois que j'ai rencontré Eva et sa maman, c'était au café. J’avais apporté à Eva des crayons de couleurs et des feuilles. Sa maman est Camerounaise, elle souhaitait rencontrer une marraine qui permette à sa fille d'accéder différemment à la culture française et qui l’épaule dans son éducation. A l'âge de 6 ans, Eva n'avait jamais fêté Noël, elle ne connaissait pas cette tradition. Alors la première fois qu'elle a décoré le sapin à la maison, cela a été pour elle bien plus magique que d'ouvrir les cadeaux. C'était un plaisir tout simple. Souvent pourtant, je me demande ce que je peux apporter à Eva. Du temps, sans doute. Parrainer, c’est prendre du temps sur autre chose. Plutôt que de faire des journées à rallonge au bureau, je sors plus tôt, par exemple. Je demande toujours à Eva si elle a envie de venir passer le week-end à la maison, je ne la force pas. Pour l'instant, elle a toujours dit oui. Nous nous voyons quasiment toutes les semaines, nous partageons la même passion du sport. Elle a des aptitudes pour courir, elle est toujours partante pour faire du saut en longueur, du ping-pong ou de la trottinette. Depuis qu'elle sait faire du vélo, nous ne restons plus beaucoup à la maison, car nous sommes très souvent au bois de Vincennes..Eva : J'aime venir chez Sophie, on fait du sport toutes les deux, on va chez des amis à elle qui ont plein d'enfants de mon âge. Et moi, j'aime bien parce que je suis fille unique. Je fais du cirque, du multi-sport et du théâtre. Le théâtre, c'est ma maîtresse qui m'a proposée d'en faire parce que je suis une très grande bavarde. Mais ça ne m’empêche pas d’avoir eu un excellent trimestre à l'école !

Paris, Ile-de-france, France - 01/09/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Utilisation de l'image conforme à la légende et aux mots clefs.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0453231

Kate : Quand j'ai décidé de devenir marraine, j'avais 30 ans, l'énergie et le temps pour m'occuper d'un enfant. Malgré une vie bien remplie et même si j’étais bien entourée, quelque chose me manquait. On peut parfois s'ennuyer de soi-même… Noé est un garçon généreux et affectueux, c'est un enfant bien dans sa peau grâce à sa maman. Je suis anglaise et il s'est vite rapproché de ma famille, surtout de mon père, qui ne parle pas un mot de français ! Ils communiquent ensemble par des gestes, des dessins, le regard, le chant. Cet été à Cabourg, Noé avait peur de l'eau, nous y sommes allés tous les deux, tout habillés. Et puis un soir, des chevaux couraient au bord de la mer, le soleil se couchait, et je voyais Noé de dos, sa silhouette s’avançant seul dans l'eau. Il s'est retourné et a crié : "C'est magnifique !" Je n'ai jamais vu autant de plaisir sur son visage. J'ai de la chance de marrainer Noé. Je n'imagine pas ma vie sans lui. Même si, bien sûr, sa maman restera toujours sa maman, je l'aime. Quoi qu'il se passe, il influence mes choix personnels et professionnels. Ce n'est plus du bénévolat aujourd'hui. Il m'apporte tellement. Il a changé ma vie..Noé : Kate m'a offert un livre magique. A chaque fois que l'on finit l'histoire, hop, il se passe quelque chose : ma maman arrive ou alors il faut descendre du métro. Il s'appelle "Le fétiche égaré", c'est l'histoire de Kirikou qui doit soigner sa maman parce qu'elle est malade. J'ai remarqué que tous les vendredis je vais chez Kate, j'aime bien être ici parce que je ne m'ennuie jamais. On fait plein de choses, on va au zoo, à la piscine. Je sais un peu nager sans les brassards. Moi, j'habite au 8ème étage et Kate au 7ème. J'aime bien être en haut, comme ça, je vois tout, les voitures, les gens. Parfois, ma petite soeur, qui est encore un bébé, vient chez Kate mais on ne peut pas aller au cinéma.

Paris, Europe, France - 01/09/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Utilisation de l'image conforme à la légende et aux mots clefs.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0453193

Michèle : « Nous connaissons les filles depuis 3 ans mais nous avons l'impression que c'est depuis toujours. Notre histoire s'est construite très progressivement : nous avons d'abord rencontré leur maman, puis les filles avec leur maman à plusieurs reprises avant d'être seuls avec elles. C'était important de ne pas s'imposer et surtout de rassurer la maman. Souvent je pense à leur maman, et je ne sais pas si, à sa place, j'aurais pu faire cette démarche. Elle dit d'ailleurs que c'est formidable pour ses filles. Aujourd'hui il y a une confiance réciproque totale..André : Souvent je me dis que c'est chouette cette relation que nous avons avec les filles. Pourtant ce n'est pas moi au départ qui ai eu l'idée du parrainage. Souvent Michèle me dit que je m'investis plus qu'elle. Elle est étonnée par mon enthousiasme. Le vendredi soir, je vais les chercher à la sortie de l'école. Toute la journée j'y pense, j'ai les yeux qui sourient, j'ai hâte..Noémie et Charlène : André on l'appelle ‘coquinou’ parce qu'on le trouve trop mignon. Il est coquin et nous fait souvent marcher. Alors, pour le faire marcher à son tour, on ne dit rien et on se fait passer l'une pour l'autre.

Paris, Europe, France - 01/09/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Utilisation de l'image conforme à la légende et aux mots clefs.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0453196

Dominique : "Je connais Fabrice depuis 3 ans. A l’époque, il avait une bonne tête de moins. Le temps passe vite. Quelques mois avant la retraite, je suis tombée sur une émission à la télévision qui parlait de l'association. J'ai reconnu l’une de mes élèves, qui était parrainée. Je lui ai alors demandé quelques informations et si elle acceptait de me présenter sa marraine afin que je puisse discuter avec elle. Ensuite tout s'est enchaîné. Car même si j'étais très prise, je voulais vraiment donner de mon temps. Ayant un petit-fils de 9 ans, je me suis dis que ça collerait entre eux et, en effet, tout se passe très bien. Avec sa maman Kadet, on ne se voit pas très souvent. Mais quand on en a envie, on fixe un rendez-vous et l’on se retrouve, par exemple, pour boire le champagne pour nos anniversaires ou partager un café pour papoter et échanger.".Kadet : "J'ai moi aussi vu ce reportage qui m'a donné l'idée de contacter l'association. Il faut un peu pousser Fabrice pour qu’il sorte mais à chaque fois qu'il rentre de chez Dominique, il est pétillant, on dirait qu'il a pris une potion magique et qu’il se sent aussi fort que Spiderman. Entre sa marraine et la vie avec moi, il évolue entre deux mondes. C'est un plaisir d'avoir Dominique comme marraine, d'ailleurs, je lui dis toujours: si tu veux partir, on t’attache une corde au pied ! Impossible que tu t’en ailles. ».Fabrice : "Je prends tout seul le métro pour venir chez Dominique. J'adore les oeufs à la coque avec les mouillettes, je ne connaissais pas. J'aime beaucoup les glaces, et ici ce sont les meilleures ! Autrement, on va promener le chien le long du quai, on fait mes devoirs, du piano, du bateau-mouche. Un jour pour aller dans la maison de Dominique dans la Creuse, le conducteur du train m'a fait conduire, il m'a proposé d'entrer dans la cabine. C'était super."

Paris, Europe, France - 01/09/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. Utilisation de l'image conforme à la légende et aux mots clefs.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0604554

Bérengère, 35 ans, mariée, mère de 4 enfants. Couple sans emploi. Locataire d'une maison de ville à Douai (Nord). "J’ai mis des boudins sous les portes, du scotch aux fenêtres, on reste la journée sous les couvertures."

Douai, Nord, France - 09/01/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0604558

Guillaume, 50 ans, célibataire, sans emploi, vit dans un squat (Île-de-France). "Je n’ai jamais eu aussi froid de toute ma vie depuis que j'habite ce squat. Pourtant je m'organise : pour dormir, j'ai monté une tente que je recouvre de tissus, j'ai un radiateur électrique à l'intérieur. Je dors avec un bonnet, des collants, des chaussettes, une combinaison thermolactyl et je glisse des bouteilles d'eau chaude dans le lit. Le froid arrive par les pieds à cause du ciment au sol."

Puisaye, Île-de-France, France - 27/03/2015

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0604566

Gérard, 67 ans, célibataire, agriculteur retraité. Sa sœur, Maryse, 63 ans, célibataire, aide familiale retraitée. Propriétaires à Pithiviers (Loiret) "L’hiver, le vendredi soir après la vaisselle, on se lave à l'évier, chacun son tour."

Pithiviers, Loiret, France - 16/04/2015

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0604571

Valérie, 44 ans, mariée, mère de 4 enfants, Assistante maternelle en invalidité. Propriétaire en Puisaye (Loiret). "Le froid glacial entre par les sols, il fait 12°C dans la pièce à vivre, 8°C dans nos chambres et les aliments gèlent dans les placards de la cuisine. Le plus dur est de vivre à cinq dans une caravane, cuisiner sur une gazinière restée dans la maison et faire les lessives en ville. D'ailleurs, les filles s'habillent tous les jours pareils, c'est moins de travail.»

Puisaye, Loiret, France - 05/03/2015

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0604556

Christian, 62 ans, célibataire, VRP. Locataire d’une maison de village à Vailhauquès (Hérault). "J’ai des problèmes de moisissure au mur, les fenêtres et les volets sont pourris. Depuis mon opération, je m'aère, je vais chercher mon romarin dans la garrigue et me prépare des tisanes."

Vailhauquès, Hérault, France - 04/04/2015

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0573516

Madame Tissandier, 80 ans. Retraitée... Je perds la vue depuis 3 ans, je n'y vois plus grand chose. Comme je ne peux plus regarder la télévision, mon fils m'a offert cette petite radio. J'aime écouter les Grosses Têtes à 16H, les histoires de crime de Pradel. Le casque c'est très bien, je comprends mieux parce que je suis aussi sourde d'oreille. En revanche, il m'empêche d'entendre quand quelqu'un sonne à la porte, c'est l'inconvénient. J'ai essayé les oreillettes mais ça fait mal.

Paris, France - 25/02/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. / ATTENTION PHOTO FILIGRANEE, NOUS CONTACTER POUR TOUTE UTILISATION.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0573533

Leslie, 30 ans. Responsable partenariat chez Universal. Écoute Radio Classique, Nova et France inter. Je voyais depuis longtemps ce poste à côté de l'évier chez ma cousine, il était toujours éteint. Disons qu'il était devenu un objet de décoration.Son côté ludique pour trouver les fréquences me rappelle l'enfance. Et le jour où elle est partie vivre à l'étranger, elle me l'a offert ! Avec mon cousin, nous écoutions en boucle une musique que nous adorions tous les deux. Après son décès, un jour de tristesse, je lui ai demandé de me faire un signe. Quand j'ai allumé le poste, je suis tombée sur ce morceau de Kate Jarett que nous écoutions. Pour moi la musique est définitivement un symbole de mémoire et de souvenir.

paris, Europe, France - 25/02/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. / ATTENTION PHOTO FILIGRANEE, NOUS CONTACTER POUR TOUTE UTILISATION.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0573523

Ezeddine.Garagiste. Écoute Radio Beur. Avec les bruits des moteurs et radiateurs à soufflerie, nous n'entendons pas grand chose. Cela fait 10 ans que j'ai le même poste.

Montreuil, Europe, France - 25/02/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. / ATTENTION PHOTO FILIGRANEE, NOUS CONTACTER POUR TOUTE UTILISATION.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0573531

Joe, 52 ans. Menuisier. J'écoute des radios musicales, partout, de ma salle de bain à mes chantiers. Parfois mes clients me surprennent en train de danser, c'est naturel chez moi. Je fais de la batterie, j'aime jouer par dessus les morceaux. L'autre jour je suis tombé sur le Boléro de Ravel, j'ai pris mes baguettes et j'ai fait mes percussions dessus. Je suis resté scotché. Je fais du rock, c'est ma passion, c'est vrai, mais j'ai besoin de m'échapper de ce style musical, alors je vais sur Fip (aussi pour la voix de la nénette) sur Nostalgie, Nova et Oui FM. J'écoute la radio pour me nourrir de nouveaux sons car j'aime tout style musical : rock, lyrique, jazz, chanson française, classique. D'ailleurs, je trouve dommage à la radio d'avoir toujours le même palier musical.

Montreuil, France - 25/02/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. / ATTENTION PHOTO FILIGRANEE, NOUS CONTACTER POUR TOUTE UTILISATION.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0573535

Matthieu 41 ans et sa fille Suzette, 6 mois. Bassiste. Écoute France inter. J'ai commencé à écouter la radio avec les radios libres dans les années 80. J'avais demandé pour mon Noël un radio k7. Un jour, ma mère à découvert que je faisais des enregistrements d'émissions diffusées à 3 heures du matin. Elle me l'a confisqué jusqu'aux vacances d'été. Je m'en souviens encore.

Romainville, France - 25/02/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. / ATTENTION PHOTO FILIGRANEE, NOUS CONTACTER POUR TOUTE UTILISATION.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0573517

Caroline, 47 ans.Designer. J'écoute exclusivement Chant de France. J'ai choisi cette radio parce qu'il n'y a pas d'information. Écouter la radio c'est être dans une bulle, c'est prendre du temps pour moi. L'info, je vais la chercher à travers mes rencontres ou les journaux papiers. Chant de France, c'est rentré dans un univers que je connais, je me sens bien, je ne suis pas agressée, c'est de la tendresse vocale et auditive. J'ose dire aussi que je suis malheureuse de ne pas comprendre les chansons anglaises. J'aime les histoires chantées par Grégoire, Zazi ou Kali. À mon sens, ils parlent vrai et vendent du bonheur. J'écoute sur mon iphone mais aussi sur une radio en forme de glace Miko chinée dans le plus grand marché aux puces du monde aux États-Unis, à côté de Miami. Je la trouvais drôle, en forme de cornet, elle fait années 70, elle va bien avec Chant de France.

Paris, France - 25/02/2012

UTILISATIONS EDITORIALES RESPECTANT LEGENDE ET CONTEXTE. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53. / ATTENTION PHOTO FILIGRANEE, NOUS CONTACTER POUR TOUTE UTILISATION.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640088

Magasin de cyclisme, fermé pour départ en retraite, rue Saint-Étienne Morgan est maître d’arme. Avec Handisport, il a développé l’escrime sur fauteuil roulant. « Quelque chose d’indéfinissable, fait de philosophie, de discipline et de dépassement de soi, se cache derrière le masque. Historiquement on pratiquait l’épée dans l’arrière salle des auberges et tout le monde y avait accès. De la même façon, j’amène l’escrime dans les quartiers, je propose le sabre aux jeunes de 14 ans qui veulent en découdre. » Lelia, 13 ans : « La première fois que j’ai fait de l’escrime c’était au centre aéré, j’avais 7ans, on avait fait un jeu, « le chateau », qui consiste à piquer le trésor du camp adverse. On se battait au sabre en plastique pour éliminer les autres. »

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640105

Ancienne bijouterie, rue de Penne Lysa et Maïlys, 9 ans, regardaient les versions poupées Barbies du Lac des Cygnes et Casse-Noisette. Elles sont diabétiques et portent un appareil : « On peut être malade et danseuse en même temps ! ». Morgane 23 ans : « J’ai commencé la danse classique à l’âge de 4 ou 5 ans. La danse est mon exutoire, elle maintient mon corps en forme. »

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640110

Ancien cabinet d’infirmières, rue Lakanal. Ali, Marguerite, Odile, Antonio, Gérard et Alain sont randonneurs. Ils peuvent parcourir jusqu’à 22 km par jour quand tout va bien. Sinon c’est la biscouette, c’est-à-dire le détour imprévu quand le guide s’est trompé.

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640095

Ancien restaurant le Parmentier, fermé en 2008, rue de la convention Au moyen-âge, ce bâtiment était une viguerie c’est à dire un tribunal des affaires courantes. La façade est aujourd’hui classée. René, Suzette, Philippe et Pépin font partie de la bande Les joyeux Lurons, 12 copains vététistes. Ils parcourent en moyenne 35 à 40 kilomètres par sortie.

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640109

Ancienne boutique de chaussures, rue Parmentier Noémie, Valérie et leur chef Daniel font partie de la quinzaine d’agents de proximité de la Police Municipale assurant la sécurité sur la voie publique dans l’enceinte de la Bastide.

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640103

Poissonnerie Gourc, fermée depuis 2006, rue Lakanal. Monsieur Gourc, propriétaire : « La rue était très passante jusqu’à ce qu’elle devienne semi-piétonne, ensuite, le sens de circulation a changé puis le stationnement a été supprimé. J’ai perdu ma clientèle. Comme disent nos amis américains : no parking, no business ! » La Fanfare « Les Jeunes villeneuvois » fut créée en 1910 et compte aujourd’hui 80 adhérents. Jean-luc, Michel et Myriam ont travaillé tout les trois pour le centre de détention de Eysse. Quant à Xavier, il est poissonnier chez Auchan.

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Stéphanie Lacombe / Picturetank LAS0640096

Bonneterie, rue des Élus Camille, Maïna, Marie et Morgane.

Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne, France - 09/05/2016

TOUTES UTILISATIONS. AVEC AUTORISATION SIGNEE OU ORALE. Infos : +33(0)143 15 63 53.



top